Automne au Parc de l’Île-de-la-Visitation

Automne au Parc de l’Île-de-la-Visitation

Rendons Grâce à la Terre
Pour tous les bienfaits qu’Elle procure
— Pourquoi abuser une Mère généreuse?

Fall at Île-de-la-Visitation park

Give Thanks to Earth
For all the bounties She procures
— Why abuse a generous Mother?

Fall at Île-de-la-Visitation park Fall at Île-de-la-Visitation park

Fall at Île-de-la-Visitation park Fall at Île-de-la-Visitation park

Rhamnus cathartica / Moulin du Sault-au-Récollet
Fall at Île-de-la-Visitation park Fall at Île-de-la-Visitation park

Voir photos de ma visite précédente

(Nikkon D3300 / iPhone 6s, Parc de l'Île-de-la-Visitation, 2016-10-09)
P.S. Bonne Action de Grâce à tous ! / Happy Thanksgiving for all (Canadians)

Image du mer-fleuri

Image du mer-fleuri

Fleurs d’automne

Quelques couleurs tardives
Couverture de feuillage morne
— Présages d’une longue torpeur

Fall flowers
(iPhone 6s, 2016-10-02)

Image du mer-fleurie

Image du mer-fleurie

L’automne est à nos porte —
La douce fébrilité de l’été
Bientôt ne sera qu’un souvenir

Beez
Laborieuses abeilles sur un soleil

Sunflower & bee Sunflower & bee 2
(Nikon D3300, 2016-08-08)
[ Translate ]

Haïku

Le chat curieux accepte tant la main de l’étranger
Que la caresse douce du soleil de la fin août
— Qu’il est bon parfois de ne rien faire

                                                  clodjee
                                                  (2016-08-27)

Haikus par Soseki

“Si Sôseki le romancier est de longue date traduit et commenté chez nous, une part plus secrète et à la fois plus familière de son œuvre nous est encore inconnue. Sôseki a écrit plus de 2500 haikus, de sa jeunesse aux dernières années de sa vie : moments de grâce, libérés de l’étouffante pression de la vie réelle, où l’esprit fait halte au seuil d’un poème, dans une intense plénitude.”

“Affranchis de la question de leur qualité littéraire, ils ont à mes yeux une valeur inestimable, puisqu’ils sont pour moi le souvenir de la paix dans cœur… Simplement, je serais heureux si les sentiments qui m’habitaient alors et me faisaient vivre résonnaient, avec le moins de décalage possible, dans le cœur du lecteur.“

“Ce livre propose un choix de 135 haïkus, illustrés de peintures et calligraphies de l’auteur, précédés d’une préface par l’éditeur de ses Œuvres complètes au Japon.”

(Texte du site de l'éditeur; voir aussi la couverture arrière)

Lire la suite après le saut de page >>

J'ai déjà introduit le haiku quand j'ai commenté Cent sept haiku par Masaoka SHIKI, cet auteur même qui a encouragé S?seki à écrire et l'a initié aux haïkus. Né Kinnosuke Natsume à l'aube de l'ère Meiji, en 1867, il prendra le pseudonyme de «S?seki» en 1888 (utilisant les deux premiers charactères d'une expression chinoise attribuée à Liu Yiqing: ???? / shù dàn zh?n liú ou s?sekichinry? en japonais, littéralement «Se rincer la bouche avec une pierre et faire de la rivière son oreiller»). [ci-contre: p. 43]

Natsume S?seki (?? ??) deviendra l'un des auteur emblématique du Japon moderne. Après avoir étudié la littérature anglaise à l'Université de Tokyo, il part enseigner à Matsuyama (1895), puis à Kumamoto (1896), avant de passer trois ans d'études en Angleterre (1900-03) et de finalement succèder à Lafcadio Hearn à la chaire de littérature anglaise de l'université de Tokyo. Toutefois, il quitte ce poste en 1907 pour se consacrer à l'écriture. On lui connait plus d'une vingtaine d'ouvrages dont principalement Je suis un chat (??????? / Wagahai wa neko de aru, 1905), Botchan (?????, 1906), Sanshirô (???, 1909), Et puis (???? / Sorekara, 1909), La porte (? / Mon, 1910), et Choses dont je me souviens (??????? / Omoidasukoto nado, 1910-11). Son importance dans la littérature japonaise est soulignée par le fait que son portrait apparait sur le billet de 1 000 yens.

Haikus est un ouvrage assez simple qui se lit très rapidement. Les petits poèmes sont typiquement présenté trois par page, agrémentés de peintures et de calligraphies par S?seki. Dans mon commentaire de Cent sept haiku, j'ai déjà mentionné ma déception de ne pas ressentir la profondeur de la pensée ou des sentiments de l'auteur que l'on s'attendrait à retrouver dans cette forme de poésie. Il est toutefois intéressant d'essayer de comprendre ce que l'auteur désir exprimer. C'est un bel ouvrage et j'ai particulièrement apprécié les illustrations de l'auteur (ci-contre: p. 23) ainsi que la préface et les notes qui lévent un peu le voile sur les intensions et le parcours de S?seki.

Somme toute c'est une très bonne lecture de chevet et pas nécessairement que pour les amateurs de culture nippone ou de poésie.

Haikus, par S?seki (traduits par Elisabeth Suetsugu). Arles, Éditions Philippe Picquier, janvier 2002. 144 pages, 14.5 x 23.0 x 1.0 cm, 8,00 € / $32.95 Cnd, ISBN 2-8097-0125-8. Lectorat: pour tous!

Pour plus d'information vous pouvez aussi consulter les sites suivants:

[ Translate ]

Photos haiku: Shiki

Photos haiku: Shiki

En regardant une émission à la télévision japonaise, Haiku Masters, diffusée en anglais sur NHK World, j'ai découvert un concept nouveau en art visuel: le photo haiku ! Le premier épisode de cette émission peut être visionné sur demande sur le site internet de la station.

Cela m'avait déjà donné l'idée de faire une video haiku inspiré par les nouvelles rames de métro Azur. Cette fois je vous propose deux photos haiku qui utilisent des textes de Shiki tirés de Cent sept haiku (ouvrage que j'ai tout récemment commenté):

Papillon qui dors
Sleeping Butterfly
(Photo: clodjee.com, iPhone 6, 2015-09-26 / Texte: Shiki, Cent sept haiku, p. 22)
Sur ce haiku, le traducteur note (Cent sept haiku, p. 109): “Réplique adressée à S?shi (Zhuangzi), grand philosophe taoïste chinois, qui un jour avait rêvé qu'il était un papillon, avant de se demander s'il n'était pas plutôt un papillon rêvant qu'il était Zhuangzi.”

Deux kakis
Two Kaki
(Photo: clodjee.com, iPhone 6s, 2015-11-16 / Texte: Shiki, Cent sept haiku, p. 90)
Sur ce haiku, le traducteur note (Cent sept haiku, p. 110): “Bien que très malade et souffrant de consomption, Shiki continue de travailler, recevant de très nombreux haiku dont il doit faire la critique. Mais compensation : il s'offre deux kakis après la séance de travail”.

[ Translate ]

Cent Sept Haiku

“Considéré comme « le père du haïku moderne », Masaoka Shiki (1867-1902) – à qui l’on doit l’adoption définitive du terme – fut le grand défenseur de cette forme majeure de la poésie japonaise qu’il s’attacha à transmettre en fondant une école et une revue littéraire.”

“En dépit de la brièveté de sa vie, son œuvre figure parmi celles des derniers maîtres de la grande tradition.“

Quelle solitude!
après le feu d'artifice —
l'étoile filante

(Texte du site de l'éditeur; voir aussi la couverture arrière)

Lire la suite après le saut de page >>


Fils de samurai, Tsunenori Masaoka est né en 1867. À la fin de ses études de littérature à Tokyo, il prends le pseudonyme de Shiki (?? / Petit Coucou). Journaliste, il fonde la revue littéraire Hototogisu et publie plusieurs études critiques (notamment sur Bash?) et traités théoriques de poésie. Il meurt de tuberculose en 1902 à l'âge de 35 ans. Il a contribué à forger les formes modernes du tanka (issue du waka, un poème de cinq vers de 5-7-5-7-7 syllables) et du haiku. Il aurait composé près de 25,000 haiku et est considéré comme le père moderne du genre.

Le haiku [??] est issue du tanka, un poème de 31 mores (ou syllables) composé d'un tercet de 17 syllabes (5-7-5), appelé hokku [?? / “vers du début”], et d'un distique de 14 syllabes (7-7). Bash? ne conserva du tanka que la première partie, le hokku, pour en faire un haïkaï (??) et Shiki, qui en modernisa l'esprit, adopta définitivement le nom de haiku, formé par la contraction de haikai no hokku (“les premiers vers du haikai”).

Le haiku est donc un court poème (récité, et non chanté comme le tanka) qui doit “célébrer l'évanescence des choses”, contenir une “notion de saison (le kigo) et comporter une césure (le kireji)”. Le haiku ne doit pas être descriptif: c'est une sorte d'instantané qui fige avec spontanéité, concision et subtilité l'expression d'une sensation ou d'une émotion passagère souvent liée à l'observation de la nature. Bien sûr, il existe plusieurs tendances de haiku (zen, urbain, engagé, etc.) et les règles ne sont pas toujours respectées, particulièrement dans le cas d'une traduction (ou d'un haiku composé dans une langue étrangère) où il est difficile de conserver la métrique. L'important est d'en conserver l'esprit: trois lignes poétiques (qui ne riment pas et ne forment pas une longue phrase fluide mais plutôt des énoncés minimalistes — sans articles et avec une conjugaison simplifiée — séparés d'au moins une pause.

Cent sept haiku nous offre une sélection de haiku par Shiki. L'ouvrage n'a aucune préface mais heureusement se termine avec quelques notes explicatives. Chacun des haiku est présenté sur une page, avec le texte original japonais (en kanji et r?maji) et la traduction française. C'est très rapide à lire, quoiqu'il est nécessaire de relire chacun des haiku deux ou trois fois afin de bien en saisir le sens.

Certain seront sans doute déçu de ne pas découvrir dans ces haiku une grande profondeur philosophique. Pour ma part, j'ai trouvé difficile de ressentir la sensation ou l'émotion que l'auteur a voulu exprimer. Néanmoins, il est beaucoup plus facile de percevoir la scène qu'il décrit. Si l'on se plonge dans cette image paisible, on peut atteindre une certaine sérénité. Et c'est sans doute là que réside la beauté du haiku.

Cent sept haiku constitue donc une excellente introduction à ce genre de poésie japonaise qui connait une popularité croissante.

Cent sept haiku, par Masaoka SHIKI (traduits par Joan Titus-Carmel). Lagrasse, Éditions Verdier, août 2002. 120 pages, 0.9 x 14.5 x 22.0 cm, 14,70 € / $27.95 Cnd, ISBN 978-2-86432-360-0. Édition bilingue (Japonais / Français). Lectorat: pour tous!

Pour plus d'information vous pouvez aussi consulter les sites suivants:

[ Translate ]

Dans l’Azur – un haiku video

Après quelques mois, de nombreuses tentatives infructueuses (et de longues attentes sur les quais), j'ai finalement réussi à apercevoir l'oiseau rare et à faire une petite promenade dans l'Azur. Cela m'a inspiré ce petit haiku video!

After a few months, many failed attempts (and long waits on platforms), I finally managed to see the rare bird and take a ride on the Azur. This inspired me this little haiku video!


In the Azure - Haiku video

After several attempts - in vain
The heavenly way is open to me
And I finally navigate the Azur

Several attempts - vainly
The heavenly way opens
To finally navigate the Azur

Clodjee